L’insonorisation des portes d'entrée des appartements

Dans la vie quotidienne de l'acousticien, respectivement du  physicien du bâtiment, la vérification de l'insonorisation des portes d'entrées d’appartements est monnaie courante. La plupart des plaintes des propriétaires ou locataires portent sur l'isolation acoustique défaillante des portes.

Grâce aux standards de construction actuels, les bâtiments sont de mieux en mieux isolés par rapport aux bruits environnants, ce qui a pour effet de diminuer progressivement le bruit de fond dans les appartements. Nous sommes ainsi plus sensibles aux bruits à l’intérieur du bâtiment puisqu’ils ne sont plus masqués par le bruit de fond. Ces nuisances peuvent être liées à une faible isolation phonique de la porte d’entrée qui ne suffit pas à s’isoler du bruit et du comportement parfois bruyant des personnes qui se déplacent dans les couloirs et les escaliers.

L'isolation phonique des portes d'entrée des appartements, indépendamment de leur loyer ou du contrat de bail, est réglementée par la norme SIA 181 – Protection contre le bruit dans le bâtiment (édition 2006), qui est donc juridiquement applicable et contraignante. Une valeur d'exigence de R'w + C ≥ 37 dB (mesurée in-situ) s'applique. En plus du vantail, les transmissions de bruit s’effectuent à travers les cadres, les raccords et les joints et/ou le seuil de porte. La technique de mesure in-situ de l'isolation phonique d'une porte d'entrée d'appartement est devenue plus complexe de par une conception contemporaine des étages plus spacieuse et ouverte, et nécessite l’appréciation et l’intervention d’un acousticien expérimenté. La méthode de mesure que nous utilisons permet de respecter les exigences normatives quelle que soit la situation, de limiter notre durée d’intervention tout en assurant la fiabilité des résultats obtenus.

Lorsque la mesure décèle une isolation phonique insuffisante d’une porte d’entrée, les coûts nécessaires à la rénovation sont généralement élevés. La cause du défaut peut être variée, allant d’une erreur de planification, d’un choix de modèle de porte peu performant, de défaut d’étanchéité, etc. Dans le cas résidentiel par exemple, l’intégration multiple d’un modèle de porte comportant un défaut, même mineur, peut engendrer des coûts de rénovation élevés.

L'expérience de Gartenmann Engineering SA montre que l'examen au moment opportun d’une situation type sur un appartement témoin durant le chantier permet de détecter rapidement les défauts éventuels et de les corriger en conséquence tout en évitant des coûts de remise en état élevés. Le coût de cette assurance qualité est négligeable par rapport au coût d’assainissement.

articles similaires