Frédéric
Haldi

Les dégâts d’humidité dans les façades à isolation périphérique crépie

Les problèmes relatifs à l’accumulation d’humidité dans les façades extérieures constituent une pathologie relativement fréquente, qui affecte notamment les façades à isolation thermique périphérique crépie.

Risques spécifiques aux isolations périphériques crépies

Les phénomènes se manifestant fréquemment incluent notamment l’apparition de taches, de fissures, de dépôts blanchâtres, les décollements du crépi ou la formation d’algues. Les fissures ne sont pas à sous-estimer: elles sont à classer comme problématiques dès une épaisseur de 0.1 mm, et peuvent contribuer à l'infiltration d'eaux de pluie dans le système de façade. Logiquement, il a été constaté que les parties basses de façades étaient plus fréquemment touchées par des problèmes d'humidité. Les maisons individuelles tout comme les immeubles locatifs peuvent indifféremment être concernés.

Le système d’isolation de façade connu comme « isolation périphérique crépie » consiste en un complexe comprenant un mur en béton ou en brique, un enduit d’apprêt, des panneaux d’isolation thermique, un treillis, un crépi de fond et enfin un crépi de finition. Ce système s’est largement répandu ces dernières années, pour les constructions neuves comme pour les rénovations, notamment en raison de son coût limité. Toutefois, un tel système est plus fortement soumis aux sollicitations climatiques extérieures, présente une sensibilité élevée aux malfaçons et se caractérise par une durée de vie prévisible plus faible.

Investigation par thermographie

La thermographie constitue une méthode d’investigation préliminaire permettant de mettre en évidence un grand nombre de défauts potentiels, ceci sans procéder à des sondages destructifs. Les panneaux d’isolation voient leur conductivité thermique augmenter lorsqu’ils sont excessivement humides. Dès lors, les zones touchées par des dégâts apparaissent comme plus chaudes depuis l’extérieur. Cette démarche permet de procéder à un premier diagnostic général. La présence de malfaçons peut ensuite être formellement confirmée par des sondages ponctuels sur les zones présentant des anomalies.

Nombreuses exigences techniques

La conception et l’exécution de façades à isolation périphérique crépie est soumise à de nombreuses exigences techniques, incluant le type de panneaux isolants, les mesures de protection incendie, leur pose, leurs raccords, le traitement des détails de construction, l’étanchéité, les joints de dilatation, l’humidité résiduelle et les propriétés des couches de crépis. En Suisse, la norme SIA 243 (Isolations thermiques extérieures crépies) constitue la référence normative, complétée de divers états de la technique. Afin de vérifier la bonne mise en œuvre du système de façade, des sondages peuvent s’avérer nécessaires, sur la base des investigations indirectes de l’étude par thermographie.

 

Notre bureau, fondé en 1971, est actif dans la planification tout comme dans les expertises relatives aux façades, et compte plusieurs ingénieurs membres de chambres d’experts reconnues. Veuillez contacter nos bureaux de Lausanne et Genève par courriel (mailbox@gae.ch) ou par téléphone (021 515 01 00 / 022 700 14 59) pour tout renseignement.

La température de surface au niveau de l'angle supérieur apparaît nettement plus élevée que sur le reste de la façade. Lors de la réalisation de sondages, il a été constaté que l'isolation thermique était humide dans ce secteur, suite à des infiltrations depuis la toiture.

La thermographie fournit des indices forts de la présence d'infiltrations d’eau par le raccord de la tablette d’une fenêtre, qui s'étendent jusqu'au pied de façade.

La pose disjointe de panneaux d’isolation thermique peut être constatée, ce qui augmente les risques à long terme de fissures et de colorations aux raccords entre panneaux

Des anomalies sont à constater au niveau de l'isolation du pied de façade (partie droite), de la discontinuité des panneaux d'isolation (partie centrale) et de la tablette de fenêtre (partie gauche, en haut)

La présence d'auréoles en partie supérieure conduit à soupçonner la possibilité d’infiltrations d'eau depuis le raccord avec la toiture.

articles similaires