Radon

Le radon est issu de la désintégration en chaîne de l'uranium. L'uranium est présent partout sous forme de gisements souterrains naturels. La décomposition de l'uranium produit, entre autres, du radium et du radon gazeux, qui s'échappe du sous-sol. Celui-ci se décompose à son tour en polonium, bismuth et plomb. Ces produits secondaires radioactifs sont également déposés sur les particules de poussière, les aérosols et les surfaces. Ils peuvent être inhalés et irradier dans les tissus pulmonaires, ce qui peut provoquer le cancer du poumon. Après le tabagisme, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon en Suisse.

La contamination potentielle d'un bâtiment par le radon dépend beaucoup du sous-sol local. En Suisse, les concentrations élevées de radon sont particulièrement fréquentes dans les Alpes et le Jura. Cependant, des niveaux de radon très élevés peuvent également être répertoriés dans la région du Plateau. En raison du karst ou du sol meuble, le gaz peut migrer vers la surface et s'accumuler dans un bâtiment où aucune autre exposition au radon n'a pu être recensée.

Sur la base de nouvelles études épidémiologiques menées dans des zones résidentielles, en tenant compte des conditions géologiques et climatiques de notre pays, le problème du radon touche aujourd'hui l'ensemble de la Suisse.
Ainsi, le 1er janvier 2018, la valeur limite de 1 000 becquerels par mètre cube (Bq/m3) de l’Ordonnance sur la radioprotection (ORP) a été remplacée par une valeur de référence de 300 Bq/m3 pour la concentration moyenne de radon sur un an dans les "pièces dans lesquelles les gens passent régulièrement plusieurs heures par jour". La valeur limite précédente était basée sur les connaissances des années 1990.
(Le becquerel est l'unité d'activité et décrit les désintégrations nucléaires par seconde et par mètre cube d'air).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les mesures de radon à l'aide de dosimètres  sont déjà prescrites pour les bâtiments labélisés Minergie-ECO ou SNBS.

Cependant, selon les dernières découvertes scientifiques, une mesure du radon est recommandée en cas de suspicion. La mesure est particulièrement utile avant et après les travaux d'assainissement. Si des niveaux élevés de radon sont mesurés avant l'intervention, les mesures de protection contre le radon peuvent - et doivent - être prises en compte dès la phase de planification. En raison de l'étanchéité améliorée après rénovation, même des charges de radon relativement faibles peuvent conduire à des valeurs plus élevées, puisque le gaz radioactif ne peut plus s'échapper du bâtiment. En raison de légères différences de pression causées par les systèmes de ventilation, les installations de chauffage ou "l'effet de cheminée", le radon peut également pénétrer depuis les pièces en contact avec le sol jusqu'aux étages supérieurs.

Gartenmann Engineering SA est certifiée par S-Cert et effectue les mesures pour clarifier votre situation en matière de radon.

En cas d'augmentation des concentrations de radon, nous pouvons vous conseiller sur les questions de physique du bâtiment afin de développer les solutions les plus économiques et les plus efficaces pour réduire la concentration de radon.

 

articles similaires